En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Pierre Gilles De Gennes

Pierre Gilles De Gennes (2006)

Par Communication Lycée, publié le mardi 4 juin 2013 15:17 - Mis à jour le jeudi 18 juin 2015 11:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre-Gilles de Gennes, scientifique et humaniste à la rencontre des lycéens

Le Prix Nobel de Physique a donné une conférence passionnante devant les sections scientifiques du Lycée Notre-Dame.

Les élèves des sections scientifiques du lycée Notre-Dame, accompagnés de leurs enseignants, se sont retrouvés dans l'amphithéâtre du lycée Notre-Dame, lundi après-midi, pour écouter le professeur Gilles De Gennes, Prix Nobel de physique 1991, parler de la science, de la recherche, et des problèmes de société qui y sont rattachés.

"J'ai fait dans les années 1990, près de deux cents interventions dans des lycées et j'en ai retiré un bonheur intense et des échanges fructueux avec les élèves et leurs enseignants quant au rôle de la science dans la vie citoyenne, par exemple, ou l'enseignement des sciences. Tout cela a été consigné dans un livre et j'ai pu voir, en toute modestie, que certaines idées avaient été reprises par l'Education Nationale. C'est très encourageant de faire remuer les choses" explique Pierre-Gilles de Gennes avant son intervention.

Pénurie d'idées

"Comment réagir par rapport à la mondialisation ? Comment réduire l'écart qui se creuse entre les pays riches et les pays pauvres ? Voilà des problèmes qui vous concernent. Une solution se trouve dans le taux de natalité, si on augmente le niveau de vie, les parents sont rassurés quant à la pérennité de la famille et font moins d'enfants ; l'autre solution est dans l'innovation, l'imagination et l'inventivité en sciences", expose le Prix Nobel en introduction.

A l'aide d'exemples, avec humour et clarté, le professeur démontre que les qualités pour faire un bon chercheur sont d'abord le bon sens puis la faculté d'observer et surtout la ténacité. "Ainsi Carlson, en 1928, est employé au dépôt des Brevets à New York.

Il perd son emploi. Avec en guise de labo, son évier, et une culture acquise dans les livres, il va mettre au point une technique de reprographie de documents, fonde une société en 1948 Haloïd Corp qui, rachetée, deviendra Rank Xérox".

Pénurie de chercheurs

"La recherche se fait maintenant en équipe pluridisciplinaire et le recrutement des chercheurs diminue dans toute l'Europe de l'Ouest et même aux Etats Unis". Pourquoi ? Le professeur a son idée : "Les raisons sont multiples. Moins de postes, les thésards s'expatrient, les actionnaires laissent moins de possibilité aux investissements de longue durée dans la recherche." Les solutions existent-elles ? "Oui. Dans l'association recherche publique-recherche privée, dépasser la dualité recherche fondamentale et reherche appliquée ; encourager la création de start-up, être attentif à la formation des futurs chercheurs". Pierre-Gilles de Gennes, pour conclure a fait référence à un homme au parcours hors norme : "Je citerai pour conclure Primo Lévi, chimiste, juif, résistant, déporté puis écrivain "Affronter la matière avec son cerveau et ses mains, avec la raison et l'imagination"".

Article de presse - Vendée matin - le 26.01.06

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe