En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Ariane Mnouchkine

Ariane Mnouchkine (2010)

Par Communication Lycée, publié le mardi 4 juin 2013 15:20 - Mis à jour le jeudi 18 juin 2015 11:40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue pédagogique avec Ariane Mnouchkine

La grande metteur en scène de théâtre mais aussi de cinéma est venue hier matin, répondre aux interrogations des élèves du Lycée Notre-Dame. Sa recette : des amis et se méfier des conseils !

Quel a été votre parcours professionnel ?

A près mon bac, mon père m'a envoyée à Oxford pour me perfectionner en anglais. Pendant cette année, je me suis inscrite dans deux compagnies de qualité où j'ai eu des rôles très divers mais pas toujours comme actrice. Et un soir en revenant par le bus , j'ai eu "le coup de foudre" et je me suis dit, voilà le métier que je veux faire.

De retour en France, en 1961, j'ai crée avec un groupe d'amis l'Association théâtrale des étudiants. Ces amis ont été les cofondateurs du Théâtre du Soleil. Je suis également partie au Japon comme routarde et découvrir les théâtres orientaux. Au retour, s'est créé le Théâtre du Soleil qui fête cette année son 46ème anniversaire. C'est la conjugaison de rencontres déterminantes et la bande d'amis qui a permis ce début. Nous avions conscience de ne rien savoir, que nous étions sur un terrain vierge et que tout était à découvrir.

Quels conseils pouvez-vous nous donner aujourd'hui ?

Une bande d'amis, des lectures, la vision des grands acteurs comme Chaplin ainsi que quelques metteurs en scène comme Jean Renoir... Evitez de vous éparpiller sur le marché des écoles de théâtre. Et un conseil "Ne pas écouter les conseils".

A 71 ans, que vous reste-t'il à découvrir ?

Ma méthode est toujours, avec une nouvelle pièce, de repartir d'un terrain vierge, en remettant tout en question. Mais il y a des acquis qui sont mis sur des étagères qui ne doivent être encombrants. On peut y revenir si nécessaire. Le jour où je n'aurai plus rien à découvrir, j'arrêterai. Mais je suis loin d'être usée.

Comment dirigez-vous la troupe ?

D'une façon autoritaire et solidaire, car nous sommes 75 personnes, de 19 à 71 ans, de 22 nationalités différentes et parlant 17 langues. Il faut beaucoup de persuasion à chaque réunion de compagnie pour les grandes décisions. C'est moi seule qui choisis les sujets, par exemple pour les naufragés du fol espoir, c'est en allant chez un vendeur de vieux livres que j'ai trouvé cette utopie de Jules Verne. D'autres actions sont menées, par exemple en Afghanistan ou vers les Cambodgiens, à l'initiative des acteurs. Les répétitions durent 11 mois et il faut jouer pendant 2 ans le spectacle à Paris et en province. La musiques est incluse dans le spectacle de théâtre. Pour moi "la musqiue est une liberté de forme". Dans les outils de théâtre, la musique est essentielle.

Comment se fait le recrutement des comédiens ?

Je fais des stages gratuits tous les 3 ou 4 ans. Il n'a pas d'audition, mais je regarde leur façon de travailler, ensuite il y a une part de curiosité, d'affinité ; il faut que se dégage fantaisie, joie, appétit et ferveur humaine. Ils sont engagés sur plusieurs années et nous formons un groupe solidaire même si parfois, il y a de grands coups de gueule.

Article Ouest-France - les 5 et 6 juin 2010

__________________________________________________________________

 

Un lycée au soleil ou quand le lycée devient théâtre

 

" A 9 heures, cérémonie d'ouverture ; 10 heures, Couloir de la Terreur, à la demie, témoignages d'immigrés, puis un discours au Balcon, si je me débrouille bien, je peux enchaîner une Fin de partie à la Coursive... un sandwich, une répétition dans la Cour carrée et en courant, de salle en salle, je peux peut-être rencontrer Godot..."

Grand soleil, des spectacles partout, des lieux inédits, on se croirait en Avignon, avec tous ces festivaliers voguant de rire en émotion, de découverte en surprise, et pourtant nous sommes bien au Lycée Notre-Dame, transformé par la magie des projets d'enseignants, des envies et des talents d'élèves en un vaste théâtre pour quatre jours baignés de douce euphorie.

Et cerise sur le gâteau, en ce mois de mai 2010, la visite de celle qui nous avait inspirés ce projet un peu fou : Ariane Mnouchkine, (metteur en scène du Théâtre du Soleil dont les spectateurs parcours le monde) pour une rencontre d'une intensité et d'une richesse rares.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe